MEMORIAL 

 

 

 Ce monument a été érigé par souscription après des familles des combattants de Champagne en souvenir des Morts des 107 Divisions qui combattirent dans le secteur du front de 1914 à 1918 et qui participèrent à ces grandes batailles. La première pierre fut posée le 4 novembre 1923 par Henri Gouraud, en présence de l'Ambassadeur des Etats Unis d'Amérique. Le monument est une large pyramide creuse, au sommet tronqué en plate forme que surmonte un groupe de soldats dans la position d'attaque.

 

L'intérieur est à deux étages, De plein pied, on entre dans une chapelle, au centre de laquelle se trouve un autel de pierre, surmonté d'un vitrail représentant une Croix de Guerre. Les murs et les piliers sont recouverts de plaques de marbre individuelles portant le nom des soldats. C'est là que fut enseveli le Général Gouraud en septembre 1948, après avoir reposé deux ans dans la crypte. Dans les murs latéraux s'ouvrent deux portes qui, par un escalier, permettent d'accéder à la crypte aménagée sous les versants de la pyramide. Ca et là on remarque de vastes ossuaires de forme rectangulaire, dans lesquels, ont été déposés les restes d’environ 10 000 Français, non identifiés, retrouvés sur le front.

Le groupe, qui surmonte la pyramide, est l'œuvre du sculpteur Réal del Sarte. Le personnage de droite représente Quentin Roosevelt, celui du milieu le Général Gouraud, celui de gauche le frère du sculpteur. Sur le piédestal du groupe sont gravés les numéros des 81 Divisions d’infanterie, des 8 Divisions de Cavalerie, de la Division aérienne et de la Réserve générale d'artillerie française, ainsi que ceux des 3 Divisions américaines, du Régiment polonais, des 2 Brigades russes et de la Brigade tchécoslovaque qui participèrent aux opérations sur le front de Champagne.

L'inauguration officielle du monument eut lieu le dimanche 28 septembre 1924. Le Général Prételat se trouve enterré dans la crypte au côté de Gouraud.

 

 

 

Le Général Henry GOURAUD 1867 - 1946 prend pour la deuxième fois le commandement de la 4ème armée en champagne en juin 1917. Le 15 juillet 1918 par un coup d’éclat stratégique il brise la formidable attaque allemande " le Friedenstrum" qui devait les mener à la victoire.

 

C’est des hauteurs de NAVARIN que le sort de la France s’est joué ce jour là, c’est de ces mêmes hauteurs le 26 septembre 1918 qu’il conduira l’attaque victorieuse qui mènera nos troupes à la victoire finale le 11 novembre 1918.

 

 

La Ferme de NAVARIN avant 1914

La ferme de NAVARIN se trouvait au finage du territoire de SOUAIN sur la départementale 977.

Elle fut construite entre 1827 et 1836, d’abord appelée Ferme de Rougemont elle prit rapidement le nom de Ferme de NAVARIN après 1836 en souvenir de la victoire de ce même nom (1827), comme ce fut le cas des fermes d’Alger, de Moscou, de Constantine qui se trouvent sur la route de Reims.

Complètement détruite en 1915, elle fut un lieu de combats héroïques et sanglants et ne fut pas reconstruite.

Ses derniers occupants se nommaient Parfait CAMUS-JARDIN